Said Djellab appelle les investisseurs à promouvoir les exportations agricoles

Vue : 9
0
Publie : 11:08 | 2018-07-04
Par : Malik Fedrizi

Le ministre du Commerce, M. Said Djellab, a exhorté mardi à Alger les hommes d’affaires et les investisseurs à "un plus grand intérêt " pour la promotion des exportations agricoles.

Il également signalé que l’amélioration du produit agricole algérien nécessite une plus forte participation des industries agroalimentaires à leur exploitation afin de couvrir le marché local et offrir des débouchées à ces produits.

Le ministre s’est exprimé à l’ouverture des travaux d’une rencontre l’ayant réuni aux différents opérateurs économiques exerçant dans le domaine de l’exportation et la production agricole au niveau national.

Selon lui, cette rencontre entre dans le cadre de la concrétisation de la feuille de route dont les principales lignes directrices sont tracées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à travers les orientations des assisses nationales de l’agriculture, tenue le 23 avril dernier.

En application de ces orientations, a-t-il continué, le gouvernement a tenu en date du 16 mai dernier une réunion consacrée à l’examen des modalités de la concrétisation des recommandations formulées par les opérateurs.

Lors de cette rencontre, une démarche de travail a été adoptée comportant la mise en place de cinq groupes de travail en vue de proposer au gouvernement des mesures opérationnelles, à une date limite fixée au 30 aout 2018.

Parmi elle, le ministère du Commerce  est chargé de piloter un groupe de travail multisectoriel  ayant pour but de proposer toutes les mesures d’ordre opérationnel en vue de promouvoir les exportations des produits agricoles.  

Dans ce cadre, "nous avons procédé le 11 juin dernier à l’installation au niveau du ministère, du groupe de travail composé des représentants des départements ministériels, institution publiques et associations professionnelles et les exportateurs pour l’examen de tous les aspects relatifs à la problématique de la promotion de l’exportation des produits agricoles, avec la fixation d’un échéancier pour l’accomplissement des travaux qui lui sont confiés", a ajouté le ministre.

Le groupe de travail a été élargi lors de la tenue de sa deuxième réunion consultative, le 20 juin dernier, avec la participation des principaux exportateurs des produits agricoles.

Par ailleurs, M. Djellab a déclaré, à la presse en marge, de cette rencontre que le ministère travaille actuellement avec l’Agence nationale du développement des investissements (ANDI), pour accorder plus d'avantages, dans le cadre du Conseil national sur l’investissement, à l'ensemble des investissements que ce soit dans la logistique ou bien dans la production qui visent l’exportation. 

Il a également signifié que, maintenant que la loi de finance complémentaire pour 2018 (LFC 2018) a été adoptée par les deux chambres parlementaires, et que l'instauration de la taxe à l'importation a été accordée, le département va travailler avec une démarche dynamique pour la prévisibilité et la stabilité de nos opérateurs, en allant vers cette taxe transparente et à moyen terme. 

"Tous les produits qui sont interdits à l’importation seront soumis à une taxe. Nous sommes en train de travailler filière par filière avec les opérateurs pour voir quelles sont les taxes qu'il faudra mettre en place pour ces produits et rétablir le commerce extérieur", a déclaré le ministre.

L'Algérie aura une offre "très importante" de produits agricoles d'ici 2 à 3 ans 

Par ailleurs, le ministre a également précisé que beaucoup d'investissements dans le secteur agricole ont été engagés et que maintenant, "nous sommes en phase de placement de produits" dans les marchés étrangers. 

"Dans 2 ou 3 ans, notre offre de produits agricoles sera très importante, il faudra donc la placer à l'extérieur", a -t-il ajouté.

Les produits algériens ne sont pas étrangers aux marchés extérieurs , a-t-il noté, ils sont vendus dans plusieurs pays mais seulement en petites quantités. Une dynamique doit être impulsée aux exportations.

Selon le ministre, cette démarche a déjà commencé, ceci est visible à travers les montants de la production exportée hors hydrocarbures sur les 5 premiers mois de 2018, qui est de l'ordre de 48 millions de dollars, alors qu'en 2017, elles ont été de l'ordre de 65 millions de dollars sur l'ensemble de l'année.

"Si  on continue sur ce rythme, nous atteindrons les 100 millions de dollars d'exportations hors hydrocarbures vers la fin de l'année en cours, et ce sera un pic", a prévu le ministre.  

M.Djellab a également dit que le dispositif avec les pays voisins " doit être revu pour le rendre plus souple", et ce, en plus d'élargir également la gamme de produits éligibles. il a noté à ce propos, que le dossier est "mis sur la table".

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

DONNEZ VOTRE AVIS

Publier votre réaction avec un compte anonyme :

Nom :*
Email :*
Text :*

N° Caractères : 500

Totale 4 + 2 = *

Publier votre réaction avec votre propre compte :

Vous n'avez pas de compte? Vous pouvez vous inscrire

Nom d'utilisateur :*
Mot de passe :*

Actualités Video

Liste

Challenges : Said Boukhelifa - Quelques vérités sur les déficiences du tourisme algérien

15:50 | 2018-05-31

challenges ... avec Hassen Khelifati / PDG Alliance Assurances

Sondages

Archives

Editorial

Archive